Life on « March »

sunrise-g03baffbf9_640

Source photo : cliquez ICI

Planète « March », an de grâce 2220.

Cette belle photo trône encore au-dessus de ma couchette, dans ma chambrée. Je la regarde et pars dans mes pensées…

Toute mon enfance, et toute mon adolescence, l’on m’a passé en boucle ces images parfaites d’une conquête spatiale héroïque.

L’enseignement de l’astronomie largement dispensée toutes ces années m’a rempli l’esprit de nouveaux horizons lointains à découvrir, tous plus fantastiques les uns que les autres.

Sans doute pour mieux me préparer à partir.

Formaté comme un soldat pour aller se battre, le système m’avait préparé à devenir un colon de l’espace.

Loin de ces rêves fantasmagoriques entretenus par la vieille propagande gouvernementale et ses slogans percutants : « Un coup de barre ? « March » et ça repart ! Ou encore « La France en « March », mais aussi « March » ou crève  » (un peu la même chose) », voici donc la réalité de mon quotidien sur ce caillou : ville, couloir, combinaison.

skyline-g3c8c5d061_640  spaceship-gb2ae1e9de_640 soldier-gec2a4ce6b_640

Hé oui, résider sur une planète sans atmosphère respirable, équivaut à vivre enfermé toute sa vie !

Que cela soit dans des bâtiments, des couloirs et très rarement en combinaison, je vis depuis plus de 37 ans maintenant, un huis clos carcéral permanent. Bien plus qu’une peine à perpétuité incompressible !

Et tout ça pour bosser en trois-huit, dans une des nombreuses exploitations minières « marchiennes ».

Pourquoi croyez-vous que notre espèce a essaimé dans toute la galaxie ?

Comme toujours par avidité, évidemment !

Imaginez tous ces métaux précieux qui ne demandent qu’à être extraits ! Des mines de fric !

Il y a de nouveau une grande ruée vers l’or, mais pour des cœurs purs d’astéroïde, à présent !

« L’Homo sapiens capitalismus » est vraiment indécrottable. Mais en même temps, il reflète tellement le « toujours plus » d’une nature humaine insatiable.

Je suis loin du quotidien de l’explorateur de nouvelles planètes et formes de vie dont j’avais rêvé ! Si j’avais su ce qui m’attendait réellement, je ne serais jamais parti !

Au moment où j’ai décollé pour March, il ne restait guère d’endroit sur Terre pour vivre sans trop cuire. Mais malgré tout, l’on pouvait encore y respirer un air tropical chaud et humide, sans combinaison et à pleins poumons. À l’extérieur ! Libre !

Bref ! Vous pourriez vous dire qu’étant déjà enfermé à vie, au point où j’en suis, je ne devrais pas me plaindre d’être confiné un peu plus dans ma cellule à cause de ce virus. Mais si ! J’ai la Covid-19 ! Une maladie d’un autre siècle ! Nous sommes en 2220 quand même !

Petit historique, au début les chercheurs, à chaque mutation importante de la bébête, avaient pour nommer ses variants, opté pour l’alphabet grec (encore plus ancien, préhistorique) !

Comme vous vous en doutez, ils se retrouvèrent vite à court de lettre ! Aussi, après avoir épuisé tous les mots du dictionnaire courant, ils se tournèrent vers ceux plus spécifiques, du médical.

Plus particulièrement le tome de l’anatomie humaine, avec beaucoup de termes qui sont, en grande partie cette fois, d’étymologie latine.

J’ai donc contracté le variant de la Covid-19 appelé :  « rectum » (du latin « rectus » qui signifie : droit).

Je ne vous dis pas comme je peux me faire chambrer, par mes amis de chambrée ! Tiens, mais d’où vient l’origine du mot chambrer ? Cliquez ICI

Ah d’accord, tout se rejoint, la chambre, l’enfermement… Se faire chambrer en somme !

Avatar Coronavirus articles

Glomérule Néphron.  Et me voilà de nouveau avec le masque. J’ai chopé ce put… de « Covid » et je ne voudrais pas vous contaminer.

Première fois que je me l’attrape. J’aurais bien tenu !

Je ne vais pas trop mal, pas d’hôpital pour moi, j’en suis content !

Ne vous inquiétez pas donc pas, chères lectrices et lecteurs.

Ce n’est pas un variant trop méchant, il est sur la durée. Un « rectum » peut être long !  😉

Éternel espoir

pexels-inchs-7849294

ÉTERNEL ESPOIR.

Cet éternel espoir,
Qui du matin au soir,

Nous aide à résister,
Hors de l’eau à respirer,

Sans cesse entraînés,
Vers les fonds tirés,

Par les jambes et les pieds,
Et grâce à lui remonter,

Un gilet de sauvetage,
Qu’on enfile à tout âge.

avatar-articles

Glomérule Néphron (pour vous servir)  😉

Source photo : cliquez ICI

Chronos

time-gbddf8a34c_640

Un peu d’art moderne,
Fuir un instant le terne,
D’une réalité trop morose,
Vite cueillir la rose,
Avant qu’elle ne se fane,
Ouvrir mon esprit de profane.

Il est encore temps !?

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Source photo : cliquez ICI

Trois haïkus rafraîchissants

pexels-magda-ehlers-613431

Trois haïkus rafraîchissants.

 

Quelque part devant un troquet, à l’extérieur…

– Hé, garçon !

– Oui, bonjour M’sieur.

– Bonjour, 3 Haïkus s’il vous plaît.

– Allô ! 3 Haïkus pour la 5 !

– Hein ? Pour la 7 ?

– Non, pour la 5 !

– Ça marche !

Un énorme cumulonimbus vient soudainement assombrir la terrasse du bar.

Chose promise chose due, les trois Haïkus (lus séparément ou à la suite, au choix) :

J’ai moins d’énergie
Quand le soleil disparaît
Tel un végétal.

Je ne savais pas
Que j’étais si sensible à
La photosynthèse !

Un humain moyen
Vit comme une plante verte
Ou un plantigrade ?!

🙂

Une pensée pour « l’Homme à la tête de chou » 😉

Astuce de « fatigué », si vous en avez marre de compter vos syllabes poétiques, ou si vous avez un doute, cliquez ICI (Syllaber, gratuit)

avatar-articles

Glomérule Néphron.
Pour vous servir 😉

Source Photo : cliquez ICI

Le printemps est arrivé

field-gdcd1ab39b_640

Le printemps est arrivé.

Les piafs, piaffent,

Les Fleurs, fleurissent,

Les butineuses, butinent,

Du soleil les rayons, rayonnent,

Les papillons, papillonnent,

Les bourgeons, bourgeonnent,

Les jeunes pousses, poussent,

Amoureux transis, en transe,

Le tonnerre, tonne,

La pluie, pluine,

Les gargouilles, gargouillent,

Les escargots, escargottent,

Le torrent dévale, le milieu du val,

La Force de la Nature encore forcit,

Jusqu’à la festive, saison de l’estive.

 

avatar-articles
Glomérule Néphron.

Petit lexique : Escargoter , Pluiner et du coup « chienner » (merci Barbarasoleil pour ton commentaire )  😉

Source photo : cliquez ICI

(Update du texte du 30/04/2017) 😉

 

Slam pour Marianne

france-g20f0e543c_640

Slam pour Marianne.

Encore un second tour,
Qui me donne des haut-le-cœur,
À quand un vote de cœur,
Pour un candidat d’amour ?

De tous les mots en isme,
Libéral capitalisme,
Radical nationalisme,
Je préfère l’humanisme !

Marianne pardonne-moi,
Pour ce bulletin nul et ce slam,
Aux législatives sur mon âme,
Tu pourras compter sur ma voix.

Car l’Assemblée nationale à venir,
Avec une belle majorité choisie,
Plus qu’un.e président.e élu.e par dépit,
Redonnera au peuple pouvoir et avenir.

Gardons espoir ! Vivement le troisième tour…

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Source photo : cliquez ICI

Bon bout d’an

dog-g221dcb350_640

J’ai croisé le Père-Noël, l’autre jour.

Comme ça, ouais !

Il existe bel et bien !

Je l’ai surpris au fin fond d’une impasse, en train de pisser sur un vieux poêle, jeté au milieu de la ruelle. Rencontre un peu glauque, certes.

Et quand il m’a vu, il y a eu un peu de honte, c’est sûr, mais aussi tellement d’amour dans son regard.

Oui, le Père-Noël existe et il nous aime tous !

Il m’a souhaité « bon bout d’an ». Je lui ai répondu :  » A l’an que ven ! ».

Serait-il provençal ? Vosgien ? L’origine de cette expression me semblait pourtant bien méridionale !

Une seule certitude, il vit maintenant au pôle nord. C’est tout ce que je sais sur lui !

Son pedigree, mystère…

Enfin bref, bon bout d’an et a l’an que ven, à vous aussi ! 😉

Avatar Coronavirus articles

Glomérule Néphron.

Pas de bisous ! Masque et « check » du coude. Triste  ;(

Crédit photo : cliquez ICI

Préface du livre Moutonronflons

avatar-articles

L’auteur Glomérule

                                                                         PRÉFACE

Notre auteur Glomérule Néphron était un chiot joufflu issu d’une portée de six craquants boxers. Il n’avait aucun mal à l’époque à s’endormir !
La plupart du temps il le faisait après la tétée, encore ventousé à la mamelle de sa mère, vautré en travers, empêchant ainsi frères et sœurs d’accéder au précieux liquide nourricier !

Depuis « du lait » est passé sous le pont et le sommeil malheureusement s’en est allé dans les flots tumultueux… de la vie, pas du lait voyons !

Phobie de la réunionite, angoisse du lendemain, stress du dimanche soir ou devrais-je dire du lundi et de ses tracas. (Tout le chaos laissé à l’abandon le samedi au boulot, s’accumule-t-il pendant le week-end pour mieux déferler sur nous le lundi ? On le dirait !) 
Je clos cette parenthèse et reprends la liste : problèmes financiers, sentimentaux, parentaux, de santé… Autant de causes qui ne facilitent pas au quotidien l’endormissement.

Mais notre ami Glomérule, de manière fortuite a trouvé LE remède.
Enfin, restons humbles pour lui, UN remède.
Très efficace je l’admets.
La lecture et relecture de son œuvre si particulière m’a donné bien du fil à retordre.
Mais à force d’ingurgiter café sur café, j’y suis parvenu ! J’ai enfin réussi à écrire la préface de son livre : «Moutonronflons».

Je ne vous en dis pas plus, si ce n’est que l’agence du médicament lui a attribué, sous sa forme de « livre audio », un petit sigle (un triangle avec une voiture à l’intérieur). Logo que vous connaissez bien, vous aussi, les autres 40 % de Français confrontés aux troubles du sommeil et à leurs conséquences !

Bonne lecture et bonne nuit.

Arthur Daimleaupieleau

Arthur Daimleaupieleau
(critique littéraire en retraite, mais encore actif !)

Crédit photo : cliquez ICI

Résultats des élections

Voici les résultats des élections organisées pour trouver le titre, qui pour vous, représente le mieux mon livre soporifique. Pour savoir de quoi il s’agit, si vous débarquez, cliquez ICI

VOTES TERMINES. Merci à toutes et tous d’avoir joué le jeu 😉

The titre qui sera donc : « Moutonronflons ». Bravo à Gibulène qui nous disait au départ de l’aventure, ne plus avoir d’idées depuis la Covid et ses confinements.

De Gibulène:

VOICI LE RESULTAT DES AUTRES VOTES:


De Iotop:

De marinadedhistoires

De Photonanie

De juliette:

Glomérule Néphron.

Je viens de rencontrer chez le libraire du coin de la rue, vous ne me croirez jamais, le célèbre critique littéraire« Arthur Daimleaupieleau ». Joli nom de rébus ! Il se propose de me rédiger la préface de mon livre soporifique « Moutonronflons »… à suivre 😉

Crédit photo : Cliquez ICI