Information

 

Retour à la formule gratuite  😦

Mon banquier m’ a vivement conseillé ce matin d’abandonner mon « plan personnel », et de repasser à la version gratuite de WordPress.
Dommage qu’il n’ y ait pas de formule avec prélèvement mensuel.

C’est chose faite.

Une petite précision s’impose donc : pour que l’ accès aux services proposés par Automattic Inc (WordPress),  hébergement, sécurité, maintenance, bon fonctionnement et référencement du site, restent gratuits pour mon site : « www.prosepipeetpoesie.wordpress.com » , Automattic Inc (WordPress) génére des publicités et en perçoit seul les revenus.

Bonne journée à toutes et tous  😉

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédit photo: photo de mon banquier 😉

Le Grinch a un coeur

Le Grinch a un cœur.
( Ou il ne faut pas attendre que la mort nous apprenne à vivre ).

Auparavant… Finch qui n’aimait pas les repas orgiaques de Noël, redoutait plus que les autres années, le réveillon qui s’annonçait.
Car c’était pour lui le premier sans ses parents, décédés dernièrement.
Il craignait de voir le couvert du pauvre dressé, comme le voulait la tradition, lui rappelant ainsi le vide laissé par leur disparition.

La soirée avait débuté lorsque… soulagé de voir que la traditionnelle place du pauvre avait été, pour la première fois avec tact, oubliée, Finch poussa un soupir de soulagement.
Les autres convives se retournèrent tous comme un seul homme pour le dévisager.
L’oncle Jacky lui demanda : « Ca va Finch ?
– Oui, oui, lui marmonna-t-il, en guise de réponse ».

Un ange passa, et l’oncle se mit à raconter comme à l’accoutumé, de bonnes vieilles histoires mitonnées avec patience et amour  😉
Des exploits tellement bien racontés pour l’occasion, que la belle famille qui se plaisait à donner un surnom à chacun, se mit à partir de ce soir-là à l’appeler Tartarin…

Grâce à lui, l’ambiance se détendit et cette soirée conviviale et chaleureuse fut un baume pour le cœur de notre Grinch.
Il apprécia chaque mets, chaque petite attention, chaque douceur.
Il avait savouré ce repas !
À cette pensée, la douleur déforma de nouveau ses traits.
Comment pouvait-il être satisfait ! Ses parents étaient morts !!!
Le pauvre Finch culpabilisait à présent de vivre, alors que la faucheuse venait de faire son office pour les siens.
Les autres avaient simplement réussi à lui faire oublier, l’espace d’un instant son deuil.  Mais il ne s’accordait pas ce droit !

Pas encore.

Les Noëls défilèrent, et le temps aidant, la plaie se referma, laissant une cicatrice visible. La marque du souvenir intact, avec gravé dessus : Pensées éternelles.
Il en eut toujours pour eux, à chaque Noël.
Mais aussi des regrets. Énormément ! Pour ne pas avoir su vivre pleinement en leur compagnie, ce beau moment d’échange, de partage, de magie, qu’est cette fête familiale, où chacun amène pour participer, un petit quelque chose, d’où cette orgie, au bout du compte !

Il apprit aussi, lors d’un de ses réveillons, de la bouche de sa tante, crédible contrairement à son mari, que ses parents après la guerre s’étaient jurés que leurs enfants n’auraient jamais ni faim, ni froid, et ne manqueraient de rien, comme eux avaient pu en souffrir, en leur temps !
Il comprit quel fils ingrat il avait pu être, et pourquoi sa mère le « forçait » à manger, comme il le pensait. Certainement de peur qu’il manque …

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Fin de ce conte de Noël.
Il était temps, le 20 février !
Mais comme on dit chez les bikeurs : « Vieux motard que méja ! Yo ! »

Crédit Photo : Photo 1

 

La place du pauvre

La place du pauvre.

Auparavant… Finch que sa belle-famille surnommait à son insu le « Grinch », parce qu’ il n’ aimait pas Noël, eut un déclic en se demandant pourquoi ces orgies de fin d’ années pouvaient autant l’écoeurer. C’est alors qu’ un pénible souvenir de prime enfance refit surface…

Il revit sa maman, lui enfourner encore et encore le contenu d’une petite cuillère, sans fin, et lui sans faim, pleurer, lutter, tenter de lui résister en vain.
Un frisson brutal parcourut son échine, un puissant spasme qui le fit sursauter.
Un sentiment de dégoût figea ses papilles et tout l’intérieur de sa bouche.
Ce fut pour Finch une véritable révélation.

Quelques semaines plus tard, le fameux soir du réveillon tant redouté, arriva…

Finch, une fois attablé, remarqua au premier coup d’ œil, que l’ assiette du mendiant n’avait exceptionnellement pas été rajoutée cette année.

Il y avait en effet, toujours à la tablée cette place vide avec le couvert dressé, prête à accueillir pour la veillée, le pauvre qui passerait par là et taperait à la porte pour s’inviter au chaleureux banquet.
Une vieille tradition familiale qui perdurait encore, mais plus que symboliquement, car depuis bien longtemps la chaise restait vacante !
« Ah ! L’esprit de Noël de la belle époque ! C’était autre chose ! » , se dit Finch.
Personne ne devait le passer abandonné, le ventre creux, et encore moins dehors transi par la bise.
Faire preuve de charité, en cette soirée si particulière, réchauffer le corps par un plat chaud, mais aussi l’âme de son prochain par la convivialité, telle était la mission de tout chrétien.

Cette place inoccupée, Finch ne cessait d’y penser ces derniers jours.
Elle était devenue une véritable obsession.
Il apprécia d’autant plus ce soir son absence.
Tant pis pour le clochard et les bons sentiments !
Car elle était pour lui à présent, associée à la mort de ses parents, au vide laissé par leur disparition.
Ressentir ce manque à la Toussaint lui avait déjà été très pénible.
Aussi appréhendait-il ce Noël plus que d’habitude, le premier sans eux.

A suivre …

avatar-articles

Glomérule Néphron.
Crédit Photo : cliquer ICI

 

 

Le Grinch

Le Grinch.

Dix Noëls s’étaient écoulés.

« L’ organisation des fêtes, cette année, sera simplifiée », se dit Finch.
À cette pensée, son visage s’assombrit.
En effet, il manquera du monde autour de la table. Car tous ne seront pas présents à l’appel …

Finch, que sa belle-famille surnommait à son insu, « le Grinch », avait bien changé depuis la mort de ses parents !

Lui qui autrefois, ne manquait pas de dire et répéter à qui voulait bien l’ entendre, qu’ il se languissait de passer un jour, les « réjouissances » seul et tranquille devant un bon livre.
Lui qui ne voyait qu’ obligations dans ces célébrations, et ne cessait de maugréer contre elles.
Lui qui les subissait et se sentait forcé pour tout, y compris manger.

Oui, se forcer à engouffrer, jusqu’ à vomir. Cette pensée le laissa, un bon moment, pensif.

Il eut un déclic. « Et si le dégoût de ces bacchanales était en lien avec son histoire personnelle ? Son enfance ? Ou sa petite enfance ? ».
C’est alors qu’un souvenir, telle une bulle lumineuse, remonta à la surface de sa mémoire et vint éclairer sa nouvelle conscience.

Ce genre de flash s’était produit à maintes reprises, depuis les obsèques.
Comme si depuis, au tréfonds de son être, une lourde écoutille avait sauté.
Elle laissait à présent s’échapper et apparaître au grand jour, un tas d’ événements tapis depuis des lustres dans l’ obscurité des profondeurs.

Les couleurs de cette réminiscence ressuscitées se firent plus vives et intenses.
Il revit sa maman lui enfourner encore et encore le contenu d’une petite cuillère sans fin, et lui sans faim, pleurer, lutter, serrer les dents, tenter de lui résister… en vain.
Un frisson brutal parcourut son échine, un puissant spasme qui le fit sursauter.
Un sentiment de dégoût figea ses papilles et tout l’intérieur de sa bouche.

Ce fut pour Finch une véritable révélation.

Cueillères

 

To be continued…

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits photos : Photo 1Photo 2

Finch

Finch

Les fêtes sont passées, certes, mais elles m’ ont inspiré cette petite aventure…

Finch.

Pour Finch, la nativité et le nouvel an représentaient, à ses dires : « deux supplices imaginés par l’ Homme et ses traditions stupides « .

Pour lui, ces instants « festifs » n’ étaient qu’ obligations et gâchis.
Se forcer à trouver des idées de cadeaux, de repas pantagruéliques, se creuser à s’en tordre les méninges pour organiser « les réjouissances », se retrouver tiraillé entre sa belle-famille et la sienne, dispersées toutes deux aux quatre coins de la France.
Il lui fallait mener une âpre lutte, à grands renforts d’arguments, pour remporter contre son épouse la bataille du planning, et déterminer avec qui ils feraient le 24, 25, le 31, et la « fête du milieu ». Ce repas qui se déroule entre toutes ces ribotes, idéalement le 27, 28 ou 29 décembre. Il est conçu pour les délaissés de la famille qui n’ ont pas eu la chance de remporter le combat des dates officielles de l’année.

Il aurait été bien plus simple de faire une grande fête qui aurait réuni toute la tribu ou alors d’établir un plan de rotation quadriennal et de s’y tenir… Mais il n’ en était rien ! Tous les quinze frimaire, il se prenait la tête avec sa compagne, car tout était remis en jeu et palabré de nouveau !

À la même époque, tous ces tiraillements et cette montagne de stress le contrariaient, à tel point qu’il finit par contracter « l’ angoisse des célébrations », un bon mois avant !

Mais où étaient donc passées la joie et l’ excitation qu’il ressentait à l’ approche de Noël, quand il était enfant ?

À suivre …

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédit photo: Photo 1

 

Abduction

Crédit photo: Photo enlèvement,cliquez ICI

Abduction.

Qu’est-ce que je fais là ?

J’ai l’ impression que cela fait des heures que j’ attends, paralysé par la peur, étendu sur une sorte de fauteuil, aussi dur et inconfortable qu’ une table de bloc opératoire.

J’essaie tant bien que mal de tourner la tête, ma boîte crânienne étant solidement maintenue.

J’arrive néanmoins à l’incliner légèrement de chaque côté et découvre une pièce aux murs immaculés, semblables au plafond, d’où émergent deux dalles blanches fluorescentes, qui en rompent sa monotonie.

À proximité directe, se trouve une tablette, sur laquelle est posée un champ stérile, avec dessus, des instruments (de torture?) parfaitement alignés. L’ angoisse monte d’un cran…
Et d’ un autre encore, quand j’ entends une porte qui s’ouvre et se referme derrière moi.

Quelqu’un ou quelque chose s’approche …
Aveuglé par l’ éclairage sorti de nulle part et brandi devant moi par ses soins, je ne distingue de l’ entité qu’ une vague silhouette d’apparence humanoïde.
Le projecteur qui est désormais braqué sur ma bouche, me fait penser à celui du film « La guerre des mondes » sorti en 2005, et réalisé par Steven Spielberg.
Plus précisément, dans « la scène de la cave ». Où, souvenez-vous, ce monstre (de technologie) fait irruption.
Semblable à un énorme serpent métallique, dont les yeux sont deux puissantes lampes, il s’ insinue dans le sous-sol de la demeure où sont cachés nos héros, pour y explorer méticuleusement ses moindres recoins.

Soudain, une machine à ma gauche se déclenche, faisant un bruit d’aspiration qui se déplace rapidement vers moi, un objet se retrouve instantanément dans mon orifice buccal bloqué en position ouverte. Il me semble bien que c’est une canule, d’où s’échappe maintenant un assourdissant bruit de succion.

Mon hôte, mais devrais-je l’appeler ainsi, car il ne fait pas vraiment preuve d’hospitalité, présente devant mes yeux exorbités, une longue aiguille montée sur une seringue.
Il me la plante dans la gencive à plusieurs reprises. Douloureux !
Mais la sensation s’estompe vite et je ne sens plus rien.

Il s’empresse alors de mettre ce qui s’apparente le plus à un foret, à l’ extrémité d’ un autre appareil, l’approche de ma bouche… Je perds connaissance…
Quelques instants plus tard, je retrouve mes esprits.

J’ai fait un malaise !

Bon sang, que je déteste aller chez le dentiste !!!

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Cet écrit inaugure une nouvelle catégorie de texte nommée M.L.Q.
Sans mauvais  jeu de mots, cet acronyme signifie : Magnifier Le Quotidien.

L’ occasion pour moi de laisser s’exprimer une parcelle encore intacte de mon âme d’ enfant. Celui-là même qui, avec deux bouts de bois, perché sur un vieux banc d’école, partait à l’ aventure sur le plus beau des bateaux pirate (le banc) et croisait le fer (les bouts de bois) avec qui voulait bien en découdre avec le capitaine que j’étais.

Deux photos ci-dessous,du fameux serpent de fer, extraites du film de Steven Spielberg, « La guerre des mondes » sorti le 06 juillet 2005 . Crédits :cliquez ICI

Guerre des mondes steven spielberg 1 Guerre des mondes steven spielberg 2.jpeg

Photo cabinet dentaire, cliquez ICI

Le témoin

Je vous ai proposé depuis cet été, toute une série de textes dépoussiérés et remis à l’honneur sur ma page d’accueil.
Ces textes et poèmes de 2017, tirés de mon blog naissant donc, méritaient je trouve, un peu plus que d’être stockés dans la rubrique archives .
Celui-ci clôturera cet intermède qui, je le reconnais, s’est un peu étalé dans le temps.

felix-dubois-robert-93143

Le témoin.

Tu étais heureux et fier pour mes parents lorsque tu appris que ma mère était enceinte.

Tu fus rempli d’ émotion, lorsqu’ ils revinrent pour l’ accouchement.

Plus tard, tu assistas au stress des vaccinations, à mes petits bobos, mes maladies infantiles, mes rhumes, mes grippes …

Ton air réprobateur me remit dans le droit chemin lorsque, convoqué chez le directeur de ce collège, j’attendais avec toi devant son bureau.

Tu partageas aussi avec moi mes réussites aux examens scolaires.

Présent, tu fus rassurant et maître de patience avant ce concours ou cet entretien d’embauche.

Tu incarnas le témoin réjoui à mon mariage, dans cette immense salle de la Mairie.

Puis un cycle se réenclencha avec mon enfant, naissance, docteur, école, et cetera.

Dans cette pénombre de ce petit couloir des urgences, tu entendis comme moi ce médecin au fort accent, m’annoncer cette terrible nouvelle : la phase terminale de cancer de ma mère …

Et je le sais maintenant.

Quand viendra mon tour, le grand voyage, le dernier, tu seras là .

Toi, l’ ARBRE des maisons, le FICUS .

Celui qui peuple tous les lieux, salons, bureaux, halls … salles d’ attente, celles des maternités, médecins, écoles, administrations, mairies, urgences …

Silencieuse et discrète forêt magique éparpillée.

Sentinelles de l’ Humanité, vous serez toujours à nos côtés, vivant avec nous joies, angoisses, et peines.

Il suffit juste de tourner un peu la tête pour vous remarquer …

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 28 septembre 2017.

Source photo : cliquez ICI

Sans L

Voici un petit poème écrit sans la lettre L. Puis-je vivre sans L, sans elle, sans ailes ?

Sans L,

Puis-je vivre,
Uniquement survivre ?

Des années de vie à deux,
Nous ont soudés, épreuve du feu.

Toujours une profonde connivence,
Un premier jour où tout commence.

Tant de fois secoués, éprouvés ,
Sauvés par nos destins fusionnés.

Comment progresser, approcher,
Extase, béatitude, sommet …

Sans ELLE ?

avatar-articles

Texte paru sur mon blog le 27 septembre 2017.

Source photo : cliquez ICI

Opération fraternelle

Qui dit rentrée des classes, dit premier cours de maths ! Une matière indispensable pour nos futurs traders de la « haute finance » …

stock-2463798_640

Opération fraternelle.

C’ est en additionnant nos différences,
Que nous multiplierons nos chances,
De nous soustraire au règne du chiffre,
La racine du mal qui tente de nous diviser,
Tous ensembles redevenir nombres premiers.

Glomérule Néphron.

Source de la photo : cliquez ICI

Texte paru sur mon blog le 10 septembre 2017

 

 

 

La rentrée des classes

 

schoolboy-2340801_640

La rentrée des classes.

Les vacances sont finies,
Leurs amours passagères aussi.

Adieu premiers flirts sur la plage,
Premiers émois d’ enfants sages.

Des cœurs battaient la chamade,
Ils raconteront à leurs camarades,

Quel fantastique été, ils ont vécu,
Que le «Grand Amour» ils ont perdu,

Séparés par une vie cruelle,
Cette rentrée des classes annuelle !

Elle en aura créé du malheur,
Elle en aura brisé des bonheurs !

Tiens, mais pourquoi cette fille deux rangs devant, lui sourit ?
Pendant ce cours d’ Histoire, waoh, elle est drôlement jolie … 😉

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 05 septembre 2017.

Source photo: cliquez ICI

L’ abeille sauvage

Hier, confortablement installé sur ma chaise longue, pour clore mes vacances en beauté, je profitais de ce coucher de soleil, quand soudain …

bee-3557_640

L’abeille sauvage.

Bloquée en vol stationnaire,
Figée dans cette lueur crépusculaire.

Que peut donc voir cette abeille sauvage,
Qui apparaît devant moi comme un mirage ?

Des Hommes, leur rage ?
De la nature sa beauté.

Des Hommes, l’ esclavage ?
De la nature sa majesté.

Des Hommes, leur sempiternelle déliquescence,
De la nature son éternelle renaissance ?

Du firmament, elle est à même de nous juger,
D’ un vif coup d’ aile, s’ y est envolée.

Dans sa nature, s’en est retournée,
Vivre en harmonie et en paix.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 29 mars 2017.

Source photo: cliquez ICI

 

Tourne manège

Ce midi, alors que j’étais attablé au snack-bar de la place de la mairie, la musique entêtante du manège du village attira mon attention.

fair-14247_640

Tourne manège.

Qu’ elle était émouvante cette petite,
Sur ce manège, car à chaque tour,
Elle souriait à son papi d’amour,
Et faisait coucou à mamie marguerite.

Je la regardais avec bienveillance,
Chacun de ses passages m’ apaisait,
Je ressentais le sentiment de sécurité,
De mon enfance bercée d’ insouciance.

Le plus bel âge, celui de l’innocence,
Où l’autre est encore un copain de jeu,
Ce monde à découvrir, un endroit fabuleux,
Où princes, princesses vous attendent avec impatience.

Cette enfant réalisera-t-elle tous ces rêves ?
Rencontrera- t-elle son Ken comme Barbie ?
Pourra- t-elle devenir vétérinaire aussi ?
Et nous, avons-nous pu vivre nos rêves ?

Le manège de la vie continu pour tous à tourner,
Beaucoup d’ espoirs se sont concrétisés,
Des autres parfois dans l’ oeuf ont été brisés,
Je lui souhaite le meilleur : qu’ elle puisse se réaliser.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 14 juillet 2017.

Source photo : cliquez ICI

Iceberg

iceberg-892518_640

Iceberg.

Je suis,

Comme un iceberg flottant,
Morceau de glace dérivant,
Sur un océan de sentiments,

90% de surface immergée,
Une richesse cachée,
Profondeur d’ âme préservée,

Tant de fois j’ ai été,
Déçu, malmené,
Par l’ Autre blessé,

Mais par le pardon, délivré,
Par l’ écriture, sublimé,
Grâce à l’Amour… émerger.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 23 juillet 2017

Source photo : cliquez ICI

La rentrée de vacances

Pour ceux qui ont eu la chance d’en avoir … Ou d’avoir un emploi. 
Pour les autres, courage !
Tout arrive en son temps, les vacances pour ceux qui bossent. Et retrouver un travail pour les chômeurs. L’ayant vécu, je connais cette galère. Et apprécie d’autant plus de pouvoir goûter au luxe de chouiner à chaque rentrée de congés. Comme quand j’étais écolier !  :)
D’ ailleurs pour les écoliers et leurs professeurs, profitez bien de cette dernière semaine de congés ;)

aircraft-1499171_640

La rentrée de vacances.

La rentrée de vacances.

À chaque rentrée, le même refrain.
Pas envie d’y aller, tirer sur le frein.

L’appréhension du lundi, ainsi mêlée,
À la nostalgie des vacances terminées.

Des souvenirs la tête remplie, avec les siens,
De fête avec ses amis, ou de repos, c’était bien.

Demain, au boulot ce commun ressenti sera le lien,
Tout le monde sera comme parti, n’aura envie de rien.

L’avion a pourtant atterri, l’on s’est déjà posé,
Mais tous demain, on va encore un peu planer :)

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 23 avril 2017.

Source de la photo : cliquez ICI

La vallée des larmes

Hier, lors d’une ballade avec mes deux chiens, je décidais de faire une pause qui se transforma bien vite en rêverie méditative. 
Assis sur un rocher, je contemplais le panorama. La vallée s’étendait à mes pieds, d’est en ouest.
Le torrent déroulait son tapis d’eau dans un vacarme de roulement minéral. Un orage avait renforcé un courant déjà important, et je pouvais voir des colosses de pierre de plusieurs tonnes, emportés par les flots !
La force et la beauté du spectacle me ramenaient à ma condition humaine, petite, dérisoire. Mes problèmes personnels s’estompaient.
Il me revint en mémoire ce poème que je composais, il y a deux ans : la vallée des larmes.
Une vie d’homme, la mienne (souffrance, joie, bien, mal, amours… ) condensée en quelques strophes.

eye-2274884_640

La vallée des larmes.

J’ai traversé la vallée des larmes.
De toute beauté,
Verdoyante,
Luxuriante.
Sans oublier sa dureté.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Cinq éléments son essence,
Feu et air,
Eau et terre.
Sans oublier la quintessence.

J’ai traversé la vallée des larmes.
J’ y ai vu des gens,
Vivre et rire,
Souffrir et mourir.
Sans oublier leurs sentiments.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Y ai cherché un sens,
Naissance,
Existence.
Sans oublier la déchéance.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Je t’y ai rencontré,
Désiré,
Aimé.
Sans oublier notre amitié.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Eu un bel enfant,
Élevé,
Envolé.
Sans oublier l’âge innocent .

J’ai traversé la vallée des larmes.
Juste à travers passé,
Par le bien touché
Par le mal blessé.
Sans oublier de pardonner.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Raconterai à Dieu libéré,
Bonheurs,
Malheurs.
Sans oublier l’ humilité.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 06 juin 2017.

Source photo : cliquez ICI

 

Les courses de rentrée

Cet après-midi, j’avais deux courses à faire. J’entrais dans le premier supermarché du coin, et fus surpris, comme chaque année, stoppé net dans mon élan. Je ne devrais plus l’être depuis le temps, mais à chaque fin août, la même impression. La petite angoisse de fin de congés qui m’ étreint le cœur et me met la boule au ventre, quand je vois le rayon plage, relégué au fond du magasin, détrôné par des gondoles remplies de fournitures scolaires.
La vague idée de la rentrée que je refoulais jusqu’à présent, prend corps, devient réalité. Snif, snif  😦 Elle est maintenant là, et tous les tracas qui vont avec, dont les fameuses courses de rentrée ! Heureusement pour moi, elles ne sont plus qu’un mauvais souvenir, mais le désagréable réflexe reste pour moi pavlovien, gravé à jamais 😉

coins-1015125_640

Les courses de rentrée.

Ca y est, enfin, on a la liste,
« Allez fils, ne sois pas triste ,
Tu devais bien reprendre un jour,
Les vacances ne durent pas toujours ! »

Quoi de plus stressant que cet instant,
De donner envie à son enfant,
De retourner à l’ école apprendre,
Et aux courses de rentrée, de ne pas tout prendre !

«Tu pourras choisir une jolie trousse,
Ah ! Tu veux le nouveau Larousse ?
Car, il est plus gros que l’ ancien… Va pour le dico,
Mais stop, on achète plus que ce qu’ il te faut !»

«- Papaaa ! Ce stylo est rigolo, pratique et bien fait,
– Je sais oui, ils en parlaient hier encore à la télé …
Mais il ne nous faut pas dépasser,
Notre pauvre budget de rentrée ! »

«Non le stylo gadget oublie, trop cher, efface…
En échange, prends celui-là en promo trop classe ! »
Dur de déjouer tous les pièges, à nos enfants tendus,
Par cette société de consommation, lutte d’avance perdue !

Alors bonne chance et courage à vous,
Maintenant du passé pour nous !
Fini les calculs, marchandages, mensonges…
Terminé, quelle délivrance quand j’ y songe.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 06 septembre 2017.

Source photo : cliquez ICI

Baby sitting blues

Attablé à la terrasse d’un troquet devant une formule café/croissant, j’assiste
une fois de plus à cette (triste ?) scène.

child-2411855_640

Baby sitting blues.

Je les regarde ces parents bâillant,
Visages blafards, « zombifiés »,
Endormis tard, trop tôt réveillés,
Par les pleurs de leurs jeunes enfants.

Ils me rappellent le temps,
Où j’étais comme eux épuisé,
Où j’avais souvent hâte de rentrer,
Me reposer de ces congés éreintants.

Pourquoi prendre des vacances,
En déplaçant son quotidien .
Espoir de se retrouver… en vain,
Rapprochement… perdu d’avance.

Parce qu’il faut « partir absolument» ,
Paraît-il «comme tout le monde» ,
Oui, avec ses deux têtes blondes,
Les priver de sieste, obligatoirement !

Le routinier purgatoire que l’ on pense briser ,
N’ est rien à côté de l’enfer de Dante,
De ces tristes villégiatures exténuantes,
Où l’ on finit par se fâcher, ou même se séparer …

Quelle(s) solution(s) : des horaires adaptés,
Pour nos bambins surexcités ?
Papi et mémé pour une garde alternée,
Pour une dynamique de couple retrouvée ?

Bonne fin de vacances…

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 07 Août 2017.

Source de la photo : cliquez ICI

Fable de la cigale et la fourmi revisitée

L’ été, période des vacances et des amours, est aussi pour d’autres, celle du travail saisonnier (agricole, par exemple) qui permet de récolter, engranger, en prévision de l’ hiver qui arrive toujours trop vite… 😉

art-2593995_640

Fable de la cigale et la fourmi
(revisitée et mise à jour : MAJ KB 07092017)

La cigale ayant fini sa tournée d’ été,
En bonne intermittente du spectacle fit,

Comme chaque année, bien obligée,
Une demande d’aide à la fourmi .

Comme d’ habitude, qui lui fut refusée,
Sous prétexte qu’ elle n’ avait qu’ à chanter l’ hiver aussi !

La cigale en eut marre d’ autant galérer :
 » Un peu de solidarité, faudrait inventer le RMI !  »

( RMI : Revenu Minimum pour Insectes )

La fourmi se dit être mon amie, mais,
Elle ne me donne jamais rien aussi !

Il faut que je trouve un système D,
Que ce soit elle qui me paie, toute ma vie !

Je crois que j’ai une bonne idée…
Rira bien qui rira… Tu vas voir Mimie !

Cet hiver décidé, je me fais une tournée,
Et puis si je me les gèle, les ailes, tant pis !

Ensuite, je mets tout le blé récolté de côté,
Et c’est moi qui lui prêterai à la fourmi.

En plus malin, oui, il y aura à bloc d’ intérêts,
Pour rembourser, elle n’aura pas assez d’ une vie ! »

L’ idée du crédit revolving à 20 % était née,
La finance et l’esclavage moderne aussi.

Moralité :

Qui aurait cru… Sacrée cigale
Hein quoi, la morale ?
Il n’y en a pas ! Rien à faire !
On ne mélange pas l’ affect avec les affaires !

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Ce texte est paru sur mon blog le 07/09/2017.

Source photo : cliquez ICI

La rose éternelle

L’ Amour, la beauté, une rose, l’ éternité ? Vous trouvez que ces mots ne vont guère ensemble… et pourtant !

rose-670447_640

La rose éternelle*.

En cadeau, juste cette rose,
Pour que tes lèvres roses,

De la même douceur,
Ses pétales effleurent.

Qu’ elle mette en valeur,
De ton visage la douce pâleur,

Et de tes mains leur beauté diaphane.
Ne crains pas qu’ elle se fane,

Elle saura toujours rester belle,
Comme ta beauté, elle est éternelle.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

*Rose éternelle plus de renseignements ICI

Ce texte est paru sur mon blog le 05 Avril 2017.

Source photo : cliquez ICI

La coccinelle

Ah, l’ été… La période des amourettes éphémères. Elles ne durent en général , que jusqu’ à la rentrée. Mais parfois, c’est le grand Amour de toute une vie qui naît… À condition de déclarer sa flamme, bien sûr. Ce qui n’ est pas toujours chose aisée, surtout si l’ on est timide !

nature-1593406_640

La coccinelle.

Je l’ ai rencontré sur cette feuille,
Elle semblait aussi être bien seule.

J’ ai frotté mes antennes contre les siennes,
Et j’ai su de suite qu’ elle pourrait être mienne.

La nature fait tellement bien les choses,
Mais il va falloir cette fois-ci que j’ose.

Que je me lance et lui avoue mes sentiments,
En espérant que les siens ne soient pas différents.

Lui déclarer la flamme de cet amour naissant,
Afin de vivre ma vie autrement qu’en rêvant.

Etre heureux avoir plein d’ enfants coccinelles,
Tous et toutes aussi beaux et belles qu’elle.

Et que devenu très vieux dans 12 mois,
Sur mon passé penché je me dise ouah,

Quelle merveilleuse vie d’insecte j’ ai vécu,
Que sans déclarer cet amour je n’aurais jamais eu.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 01 Avril 2017. Le 01 Avril, si,si, c’est sérieux !

Source photo : Cliquez ICI

La recette du bonheur

Les vacances d’été nous permettent d’avoir du temps, pour se reposer, réfléchir, ou encore faire ce que l’ on ne peut faire en temps normal. 
Et pourquoi pas en profiter pour cuisiner.
Voici donc une recette originale, qui s’accommodera je pense, avec tous les possibles.

cat-1918735_640

La recette du bonheur.

Prendre une pointe de nostalgie de ce joli souvenir rangé au fond du passé,
Y rajouter une généreuse dose de douceur du moment présent,
Et pour finir arroser l’ ensemble d’ un zeste d’espoir du lendemain.

Dressez le tout sur ce plus bel instant.

Vous pouvez maintenant le savourer.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 23 Mars 2017.

Source photo : cliquez ICI

Les nuages

Ce texte tombe bien à propos ! Il y a beaucoup de nuages qui traversent la France actuellement. Et si nous laissions vagabonder notre imagination, la « tête dans les nuages » …

sky-62732_1280

Les nuages.

J’ aime regarder les nuages,
Bien assis sur mon siège,
Comme un enfant sage.
Lever la tête vers le ciel et les admirer,
Regarder leur forme sans cesse changer.
Les scruter, les observer,
Deviner leur nouvel aspect.
Imaginer d’autres objets,
Et pour finir les voir se dissiper.
Oublier le temps,
L’espace d’un instant.
Me créer un autre univers,
Vivre dans ma bulle, ma sphère.
J’aime regarder les nuages,
Avec eux, je n’ai plus d’âge.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 30 Mars 2017.

Source de la photo : cliquez ICI

Le Mariage

Un peu de fraîcheur dans cet été caniculaire.
Le soleil va bientôt se marier à ces sommets enneigés (du Mont-Blanc ?).
Nous sommes conviés aux noces.
Chaleur et froid unis et réunis.

sun-1756322_640

Le mariage.

L’éminence dans sa robe blanche de mariée,
Pureté, du plus beau voile de nuages s’est parée.
Se reflètent les yeux de la jeune promise, pétillante,
Dans ces deux cascades de glace brillantes.
Elle va toute fébrile et impatiente,
Enfin vivre le plus beau jour de sa vie.
Astre et Montagne unis,
Chaleur et froid réunis.
Dire devant le grand éternel, le « oui »,
A celui qu’ elle a choisi pour mari.
Le soleil, qui dans cette aube crépusculaire,
Lui passera bientôt la bague à l’annulaire.

 

Avatar articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 22 Mars 2017.

Source de la photo : cliquez ICI

Beauté

sea-1825322_640

Beauté.

Beauté d’ un paysage,
D’ un animal sauvage.

De ce petit torrent,
De cet immense océan.

De ce coucher de soleil unique,
De cette forêt enchantée magique.

De ce séquoia âgé de mille ans,
De ce bébé fragile naissant.

De l’ éclat de rire d’ un enfant,
Du sourire de ses parents.

De ces grands yeux bleus,
De ce regard amoureux.

De ce livre que je lis,
De ce tableau que je vis.

La beauté est partout,
Tout autour de nous.

Capture nos regards,
Chasse notre cafard.

Belle Dame,
Apaise nos âmes.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon Blog le 13 Mai 2017.

Source photo : cliquez ICI

 

Ce matin

dawn-2264494_640

Ce matin,

L’air est si doux.
Si frais ,
Si léger,
Je l’inspire d’un coup.

Mon être s’ emplit tout entier ,
D’un cocktail de fragrances,
Parfums ailés, réminiscences,
De ma lointaine enfance passée.

Sentiment intense de béatitude,
Promesse d’ une belle journée,
Remplie de rires et de complicité,
Un soleil voilé émerge, plénitude …

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Texte paru sur mon blog le 12juillet 2017

Source photo : cliquez ICI

 

Le crash – Carnet de bord BCI Néphron Akhënar

Au commencement … cliquez ICI pour savoir de quoi il s’ agit.

 

Carnet de bord BCI Néphron Akhënar. ERS Classe I – le crash 
{langue originale, mimien- traduction et adaptation en français}

17/02/2013 {période terrestre}

8 h 56 : {heure locale} :
Alerte incendie module propulsion.

8 h 57 :
Déclenchement réveil totalité équipage.

9 h 05 : 
Service gouverne HS.

9 h 06 :
Module COM H.S.

9 h 08 : 
Perte contrôle trajectoire.

9 h 09 : 
Alerte critique collision. 

9 h 10 : 
Lancement évacuation urgence par capsules de survie.

9 h 20 : 
Destruction totale du vaisseau mère.

Note : Un coefficient d’incidence de rentrée dans la stratosphère trop important a engendré trop de frottements et de chaleur, détériorant ma capsule.

9 h 25 : 
Éjection habitacle à 2300 mètres.

9 h 28 :
Rétro attérissage ionique engagé. 

Violent choc. Début d’ incendie habitacle.

9 h 30 : 
Je m’ éloigne péniblement en traînant les mallettes de secours 1 et 2 que j’ ai pu extraire des flammes.

J’ ouvre la première mallette, me fixe le respirateur autonome et me fais une première injection de C.V.A.A.N.M.{complexe vaccinal adaptatif aux nouveaux milieux }.

Il va me permettre d’ éviter un choc septique, tolérer les bactéries et autres micro-organismes de votre biotope.

9 h 38 :
Bruit d’ une explosion provenant de la direction du module habitacle.

Mes nombreux hématomes et mon épiderme griffé et/ou arraché ne me permettent plus de me confondre par mimétisme avec l’ environnement.
La douleur se fait ressentir.
Je rampe sous une structure organique, probablement végétale . {je découvrirai plus tard qu’ elle se nomme buisson} , et perds connaissance.


Akhënar Néphron.

Glossaire : 

BCI : base de connaissance intergalactique

ERS : Exploration Recherche Scientifique

Pour illustrer le texte comme le fait mon homonyme terrien : 

Crédit photo : photo de cette page

Titre en mimien pour que mon peuple me retrouvre

Crash

Réponse d’ Akhënar Néphron

Bonjour à toi Glomérule ainsi qu’ à tous les lecteurs.

{ Pour celles et ceux qui prennent cet échange en cours de route cliquez ICI. }

Pour vous répondre, je ne peux regagner mon système d’ origine et disparaître.
Mon vaisseau a été détruit.

Fanfan a dit dans son commentaire, que j’ étais peut-être dans l’observation de votre société.

C’est chose faite.

Depuis 5 périodes, j’ ai eu le temps.

J’ essaie en ce moment de créer un petit programme afin de traduire mes écrits plus rapidement.

Je pourrai alors, éditer sur ce blog mon carnet de bord dans votre langage et en Mimien pour être retrouvé par les miens.

Voici une ébauche de ce que cela donnera,
mon nom Néphron Akhënar dans ma langue natale :

Mon nom en Mimien

Lien vers commentaires

Des nouvelles d’ Akhënar ?

Bonjour,

Quelqu’un a-t-il des nouvelles d’Akhënar ? Oui, vous savez mon homonyme extra-terrestre ! Néphron Akhënar.

Il m’a demandé, il y a bientôt plus d’une semaine d’être coauteur sur mon blog, après avoir « cracké » mon mot de passe et détourné mon site.

Et depuis, plus personne ! Ce type est incroyable !

Le gars, s’est-il envolé ? A-t-il rejoint ses pénates plus vite que prévu ?

Allô, Houston à Akhënar ! 

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits photo : cliquez ICI

 

 

Glomérule le retour

Merci de m’ avoir redonné la main sur mon blog ! J’espère « cher coauteur » Akhënar que vous n’ aurez pas fait fuir mes fidèles abonnés !

À mes lecteurs : si vous ne comprenez pas de quoi il s’ agit alors cliquez sur ce lien qui vous renverra vers le précedent texte « Néphron Akhënar-Présentations » et celui-ci pour les commentaires .

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Néphron Akhënar – Présentations

Je m’ appelle Néphron Akhënar et suis âgé de 612 cycles.

Mon module de secours s’est crashé sur votre Terre, il y a plus de six de vos périodes.

Mon but est simple : retourner sur ma planète d’origine.

J’ ai découvert que j’ avais un homonyme terrien dénommé «Néphron» (glomérule), et que son mot de passe WordPress était simplement 1,2,3,4,5,6. Je n’ ai pu résister à la tentation de détourner son blog.
Désolé Glomérule, trop longtemps que je suis ici. Il me faut maintenant absolument, avoir une visibilité sur Internet.
Un site déjà référencé, afin de laisser mon « empreinte numérique » pour que mes congénères, lors de leurs recherches élargies, me retrouvent et me récupèrent enfin.
Et s’il en était autrement, alors il resterait pour plus tard, une trace de mon journal de bord pour la B.C.I. (base de connaissances intergalactique).
Si vous me permettez de continuer à écrire sur « Prose Pipe et Poésie ».

Les présentations sont faites. Voulez-vous admirer mon vrai visage ?

Le voici :

Il est très éloigné de vos critères de beauté.

Je fais partie du peuple des Mimiens, ce nom vient de notre grande capacité de mimétisme.
Et c’est pour cette raison que je peux ressembler à cela :

Cette figure humaine me dégoûte.
Mais se confondre avec le milieu environnant est inné chez notre espèce.
Un réflexe vital qui m’ a permis de survivre jusqu’ à présent.

J’allais oublier Glomérule, je vous ai changé votre code d’accès à WordPress, et l’ ai remplacé par un plus sécurisé.
Je vous le ferai parvenir par la rubrique contact pour vous laisser reprendre la main sur votre domaine.

J’aimerais que vous preniez le temps de réfléchir à notre collaboration.

Néphron Akhënar.

Lien vers commentaires

La suite cliquez ICI

 

 

La ligue des super-héros

Petit rappel pour ceux qui prennent l’ aventure en cours de route : nos super-héros appartiennent à la gent canine.

La ligue des super-héros.
( suite et fin de notre trilogie Super-héros, clin d’ œil à « Avengers Endgame », sorti le 24 avril ).

La disparition.

Ce texte a été validé par MORVELLE COMIQUE’S et D’iCi COMIQUE’S 😉

Auparavant … Je m’ étais décidé à parler à Tchiot de mes pouvoirs
Et quelle ne fut pas ma surprise, lorsqu’il s’ exclama : « j’ en étais sûr » !

 

Dimanche.

Le jour J était enfin arrivé.
Le repas familial dominical, que j’ aime nommer : « L’ orgie hebdomadaire » !
Apéro avec ses petits « chkroun-chkrountch » à gober, ses spiritueux à siffler, ses entrées… pasti, antipasti, poisson, viande, que sais-je encore… « Amenez les poulardes » !

L’ ambiance était à son comble. Les petits enfants criaient à gorge déployée et couraient dans tous les sens. Ces chenapans nous avaient déjà coiffés au poteau dans la course aux restes de l’ apéritif, amuse bouches et autres fonds de verre. De vrais gloutons !

Leurs parents et grands parents trop occupés, une fois passés à table, à déguster le nouveau millésime du grand cru apporté par l’ oncle Jacky, ne géraient plus rien, et laissaient cette meute sauvage livrée à elle-même.

(Certains mauvais esprits diront qu’ anesthésié par l’ alcool et abruti par le bruit, à moins que ce ne soit l’ inverse, tout ce beau monde avait oublié SuperTchiot et SuperGlomé.
Mais moi, je dirais que ce qui va suivre ne peut-être que la preuve de l’ existence de nos super-pouvoirs et de la supériorité de l’ intelligence de notre espèce canine, face à celle des humains).

N’ ayant pas pu approcher des reliefs de l’ apéro, notre seul espoir maintenant, résidait dans ceux du festin.
L’ inévitable advint à la fin de cet après-midi interminable qui s’était passé pour nous, à baver en regardant les autres bâfrer.

Tout alla très vite.
D’ un seul regard complice avec SuperTchiot, ce dernier comprit qu’ il devait immédiatement passer à l’ action.
Comme prévu, en s’ asseyant à côté des fêtards, et en les regardant les uns après les autres, un sourcil relevé, il fit une diversion télépathique, en pensant très fort au mot magique «schmackos». Il put ainsi distraire toute la tablée. Il en fit le tour et chacun lui donna un petit morceau de quelque chose, qu’ il dévora à chaque fois un peu plus goulûment.

Pendant ce temps, j’ utilisais mon don d’invisibilité pour me glisser dans la cuisine américaine. Puis, je pris délicatement entre mes crocs, le dernier des poulets cuits qui avait échappé à la débauche culinaire. Il était entier et encore tiède ! Hum … Miam, miam !

En utilisant mes autres super-pouvoirs, je figeai le temps et rapide comme l’ éclair, je sortis sans me faire voir, par la baie vitrée entrouverte, le volatile dans ma gueule.

SuperTchiot ne tarda pas à me rejoindre dans le jardin, où nous pûmes festoyer tous deux, à notre tour.

Puis repus, nous fîmes une sieste bien méritée.

Un peu plus tard, lorsque les invités furent partis, nos maîtres se rendirent compte de la disparition de leur dîner. Une enquête fut menée, mais sans résultat.

Devant nos alibis en béton, il ne pouvait être question de nous inculper.
Tchiot, après avoir quémandé quelques restes à la fin du repas était sorti.
Quant à moi, comme le vieux chien que je suis, j’avais passé selon eux, l’après-midi entière à ronfler dans le jardin !

Ils en conclurent que ce devait être Denise, la femme de l’ oncle Jacky, qui avait probablement récupérer les restes, comme il lui était toujours proposé de le faire, d’ habitude !

« Mission accomplie SuperTchiot », dis-je au petit.
« Une totale réussite mon tonton SuperGlomé », me répondit-il, hilare !

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits Photos : montage photo Super Tchiot : Cliquez ICI  puis Là

Pour le montage photo de super Glomé : Cliquez Là

 

SuperGlomé

Super Hero Miniature Plastic Toy Captain America

Super-Glomé.

Ce texte a été validé par « D iCi COMIQUE’S » 😉

Petit rappel pour ceux qui prennent l’ aventure en cours de route : tous les personnages appartiennent à la gent canine.

Auparavant…

Tchiot (le petit en ch’ti) nous a fait découvrir dans la «Rédaction de Tchiot» Part I et Part II, les pouvoirs qu’ il est persuadé de posséder.
Ceux-ci seraient d’ailleurs dignes d’appartenir à un super-héros ! Qui pourrait s’ appeler… pourquoi pas … SuperTchiot » !
Tonton Glomérule, chez qui le petit vit depuis la mort de sa mère, a nier tout ce que ce dernier pouvait ressentir par rapport à ses pouvoirs, explications cartésiennes à l’ appui .
Mais il s’en veut maintenant …

Bon sang, pourquoi lui ai-je dit tout cela !
Qu’ il était plus fort qu’ avant parce qu’ il s’ était persuadé que cette médaille et son collier trouvés au bord de la route, le rendaient plus fort. Mais qu’ il n’en était rien, pareil pour ses talents de télépathe… imaginaires !

Misère ! Sans m’ en rendre compte, j’ avais fait la même erreur que feu mon père ! Qui, lorsque que je lui avais annoncé que j’ avais le don d’ invisibilité et celui de figer le temps par ma rapidité, avait passé sa journée et la semaine entière, à me démontrer que par A+B, tous ces « exploits » ne pouvaient s’ expliquer que par de la logique pure !
Suite à son intervention, que d’ années perdues à me prouver à moi-même que j’ avais raison !

Tenez, l’ autre jour encore, comme à tous les apéros, grâce à mon invisibilité, j’ ai pu finir tous les fonds de verre de mes maîtres et les petits canapés qui les accompagnaient.
Sans qu’ ils s’en rendent compte !!!

De toute manière, s’ ils avaient remarqué ces manques, j’ aurais été mis hors de cause ! Puisqu’ au même instant, je figeai l’ espace-temps et à la vitesse de l’ éclair (au chocolat 😉 ), instantanément me retrouvais au portail, à aboyer sur le facteur terrorisé !

Maintenant que j’y songe… Et si ces faits surnaturels que Tchiot et moi-même pouvions accomplir, tenaient de l’ atavisme ?
Cela voudrait donc dire que Papa, lui aussi, possédait des pouvoirs !
Lesquels étaient-ils ? Et pourquoi me les avoir caché toute sa vie !

Une chose est certaine, je dois tout avouer à Tchiot, et m’ excuser sur-le-champ. Il ne doit pas douter des siens !

À suivre : «La ligue des super-héros»… cliquez ICI .

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédit Photo : Corps de SuperGlomé

La rédaction deTchiot – Part II

Hero Strength Success Superman Power Superhero

La rédaction de Tchiot – Part II

Ce texte a été validé par « MORVELLE COMIQUES » 😉

Petit rappel pour ceux qui prennent l’ aventure en cours de route : tous les personnages appartiennent à la gent canine.

Si vous avez lu la première partie, je vous conseille de passer tout ce blabla et d’ aller directement à la suite, juste en dessous 😉

Précédemment, dans la saynète Acte III «La muse», jouée par la troupe du petit théâtre de Glomérule (composée que de chiens) …
…Tchiot, devait rédiger un texte pour l’ école.
Mais il était en manque d’ inspiration. Jusqu’ à ce que la muse y remédie.
Auparavant… Part I …

Je m’ appelle Tchiot et suis un chien âgé de deux ans, dix années en âge d’ Homme.
L’ autre jour, tonton me raccompagnait de l’ école de dressage, et que c’est là que j’ ai vu briller cette chose, au bord du talus.
Depuis à chaque fois que je sors, je la porte au cou.
Et plus personne ne m’ embête ! C’est dingue !
Maintenant quand je regarde les autres chiens droit dans les yeux, ils tombent le regard ! Et partent en courant la queue basse !!!
C’est fini, je ne me fais plus attaquer, ni mordre…
Avec cet objet en ma possession, j’ arrive aussi à contrôler les humains !
Je m’ asseois devant eux, haletant, la langue pendante sur le côté, et les regarde fixement .
Je pense très fort au mot « Schmackos» ( mot magique, que cette chose mystérieuse m’a soufflé ). Et vous ne me croirez jamais, mais tous me caressent et me donnent une friandise !
En rentrant tout à l’ heure de l’ école, je n’ ai pas eu le temps d’ enlever cet artefact.
Et tonton qui a retrouvé ses lunettes l’ a vu ! Aie, aie, aie !!! Je vais me faire gronder !

La suite :

– Où as-tu trouvé cette médaille et ce collier ? me demanda mon tonton.

– Heu… sur le chemin de l’école… tu sais l’ autre jour… heu…tu étais avec moi !

– Ah bon ? Je n’ ai rien vu ! Tu aurais pu m’ en parler. Ils doivent appartenir à quelqu’un qui les cherche sûrement.

Alors, je lui ai tout raconté, les pouvoirs que j’ ai obtenu grâce à cette trouvaille …

Et vous savez ce qu’ il m’ a dit ? Eh bien, il m’ a dit que c’ est parce que je portais ce collier et cette médaille que je me sentais plus fort, et donc plus sûr de moi.
Que les autres le sentaient et le voyaient et ne tentaient surtout pas de m’ affronter .

– Et pour  la télépathie avec les humains alors, c’ est quoi ton explication ? je lui ai dit, et tac !

– Eh bien, ils voient en toi, un bon chien, qui a le regard franc, droit dans ses bottes…
et ont envie de le caresser et de le récompenser !

– Et le mot magique « Schmackos » , alors ? Qu’ est-ce que tu en fais, hein ? Ah, ah !

– Tu as dû l’ entendre un jour, l’ oublier, mais ton inconscient l’ a enregistré !

– C’est quoi l’ inconschiant tonton ?

– L’ inconSCIENT, Tchiot !

– Et, c’est quoi alors ?

– C’est … heu… laisse tomber, je t’ expliquerai plus tard !

Bon, voyons ce collier et cette médaille. Y a-t’il une inscription, un nom, une adresse, gravés dessus ?

– Mais je veux les garder Tonton !!! (chouinements…)

– Doucement Tchiot, calmes toi ! Ne te mets pas dans ces états-là, cela ne sert à rien. Si ce collier est à quelqu’ un, nous lui rendrons, un point c’est tout ! C’est une question d’ honnêteté ! Si tu as des supers pouvoirs comme tu le dis, alors tu es un super-héros ?!

– Ben… oui !

– Eh bien un super-héros se doit d’ être intègre !

– c’est quoi tonton, un tégre ?

– Honnête, si tu préfères ! Mais qu’ est-ce que tu apprends à l’ école ?
Tu écoutes au moins la maîtresse ?

– Oui tonton !

– Mouais … bon alors, voyons donc ce collier ! Hum… non…hum, non je ne vois rien d’ inscrit !

– Ouééé !

– Ah si ! la lettre S sur la médaille !

– Noooon…

– Mais rien d’ autre ! Tu peux les garder petit !

– Ouééé, yououuuuh !

– Hi, hi, hi, doucement petit, doucement, tu vas finir par me faire tomber, à sauter et à courir partout comme ça, dans tous les sens !

Tonton ne croit pas à mes pouvoirs.
Il cherche des explications rassurantes, comme toujours !

Mais moi, je sais!

Oui, je le sens et je le sais …

Il me faut maintenant un nom de super-héros  !
La lettre S figure sur cette médaille … Comment pourrais-je me nommer ?
Superchien ? Non !
Superdog, non plus ! Je suis ni anglais, ni américain.

Heu… et pourquoi pas SuperTchiot !

Oui, SuperTchiot ! Trop cooool !

La suite de l’ aventure cliquez ICI

Avatar Tchiot

Tchiot.

Crédit Photo : Superman

La rédaction de Tchiot – Part I

Fifi alias Tchiot

Petit rappel pour ceux qui prennent l’ aventure en cours de route : tous les personnages appartiennent à la gent canine.

Précédemment, dans la saynète Acte III « La muse », jouée par la troupe du petit théâtre de Glomérule (composée que de chiens) …
… Tchiot, devait rédiger un texte pour l’ école.
Mais il était en manque d’ inspiration. Jusqu’ à ce que la muse y remédie.
Merci à Iotop de m’ avoir incité à écrire cette suite  …

 

La rédaction de Tchiot : Part I

TCHIOT                                        Le 10 Mai 2019.
Classe de CM2                             Rédaction.

 

 

On m’ appelle Tchiot. Le petit en Ch’ti. Même si j’ ai fêté mes 2 ans , il y a une semaine. (Cela fait environ dix années en temps d’ Homme).

Ce que je vais vous raconter est mon histoire.
Je tiens un carnet que je remplis tous les jours.
Et quand je le relis, j’ ai moi-même du mal à croire à ce qui m’ est arrivé.
Mais c’est la stricte vérité. Je vous le jure.

Depuis que ma maman est morte, je vis chez mon oncle Glomérule.
Vous savez, celui qui fait du théâtre et qui m’ y emmène à chaque fois.
J’ ai même joué dans sa dernière pièce « la muse» .

Tonton m’ a dit que j’ ai beaucoup de talent.
Il est très fier de moi et de ce que je suis devenu .
Il me l’ a répété encore hier soir, en me souhaitant « bonne nuit ».

Tout ça pour dire que l’ autre jour, tonton me ramenait de l’ école de dressage, et que c’est là que j’ai vu cette chose.
Nous marchions le long de la route et au bord du talus, je l’ ai aperçu.
Elle étincelait comme un soleil.
Je l’ ai ramassé et transporté dans ma gueule, jusqu’ à la maison.
Glomérule n’ a rien vu. Sans ses lunettes, il «beagle» complet !
Et pourtant, c’ est un boxer pur race …

Bref, depuis, à chaque fois que je sors, je la porte au cou.
Et plus personne ne m’ embête ! C’est dingue !
Maintenant quand je regarde les autres chiens droit dans les yeux, ils tombent le regard ! Et partent en courant la queue basse !!!

C’est fini, je ne me fais plus attaquer, ni mordre…

Avec cet objet en ma possession, j’ arrive aussi à contrôler les humains !
Je m’assieds devant eux, haletant, la langue pendante sur le côté, et les regarde fixement .
Je pense très fort au mot « Schmackos» ( mot magique, que cette chose mystérieuse m’a soufflé ).
Vous ne me croirez jamais, mais croix de bois, croix de fer … tous me caressent et me donnent une friandise !
Je suis devenu invincible et télépathe ou télépatte, ou télépapatte ?
Je ne sais plus comment ça se dit et s’ écrit !

En rentrant tout à l’ heure de l’ école, je n’ ai pas eu le temps d’ enlever cet artefact.
Et tonton qui a retrouvé ses lunettes l’ a vu ! Aie, aie, aie !!!

La suite cliquez ICI

Avatar Tchiot
Tchiot.

Ce texte a été validé par « D’iCi Comiques ».

Crédit Photo : SuperTchiot

 

 

La Muse. Acte III. Tchiot

Calliope.jpg

La Muse.

Petit rappel pour ceux qui prennent l’ aventure en cours de route : tous les personnages appartiennent à la gent canine, sauf la Muse, bien évidemment.

Pièce en trois actes (saynète), présentée par la troupe du petit théâtre de Glomérule, pour en savoir plus cliquez ICI

Pour l’ ACTE I . La déculottée de Glomérule, cliquez Là
Pour l’ ACTE II. Le politichien, cliquez Ici.

ACTE III. Tchiot

TCHIOT, LA MUSE, GLOME, B.C.B.G

Le rideau s’ ouvre sur le troisième acte.

Il ne reste plus en scène que deux personnages, ( le petit )Tchiot , et la muse.
Dans la pénombre, en arrière-plan, l’ on aperçoit toujours Glomé qui s’ était éclipsé après sa déculottée, mais B.C.B.G, médusé par la muse lui aussi, l’ a rejoint maintenant.

Tchiot, toujours couché par terre sur le ventre, devant une page de son cahier à spirale maintenant remplie de gribouillis, interpelle de nouveau la muse.
TCHIOT
Allez m’dame, aidez-moi, s’ il vous plaît !

LA MUSE à part,
Voilà un monde dans lequel je ne me reconnais plus !
( insistante sur toute la suite de la tirade)
Où est donc passé l’ Art de l’ écriture, avec un grand A ?
Et ses valeurs ?
Qu’ ai-je vu jusqu’ à présent ?
Un écrivaillon, pur produit de la société de consommation, à qui il faut tout et tout de suite, sinon Môssieur change de fournisseur !
Un politique peu recommandable, à qui il faut inspirer un discours, ressemblant plus à un tour de passe-passe, qu’ à de l’ art oratoire !
Et maintenant, quel rôle veut-on me faire jouer ?
Préceptrice ?
Que veut-on que je fasse ?
De l’ aide aux devoirs ?
Mais nom d’ un chien, je suis une muse !

TCHIOT
M’dame ?

LA MUSE
Oui, jeune !

TCHIOT intimidé, maintenant,
Ben, je dois faire une rédaction sur le thème de mon choix.

LA MUSE à part,
Ah ! Je vois ! Le pire qui soit ! L’ embarras du choix ! L’ épreuve des figures libres ! Du « vrai patinage  » artistique  ! Et la fameuse angoisse de la feuille blanche qui va avec … Le pire qui soit !
Il n’ y a à mes yeux pour ce problème, qu’ une solution.
Se recentrer. Et se concentrer sur ce qui nous tient à cœur.

LA MUSE à Tchiot,
Qu’ est-ce que tu aimes faire pendant tes loisirs mon petit Tchiot ?
(à part) Petit tchiot ! Pléonasme Ch’ti !

TCHIOT  hésitantcherche dans ses pensées.
Euh… j’ aime… heu… lire .

LA MUSE
Oui et quoi d’autre ?

TCHIOT
Heu… écrire .
Plein d’ enthousiasme, Ah oui, j’ adore écrire des histoires !

LA MUSE  dans un soupir de soulagement,
Enfin ! Quelqu’ un digne d’ être aidé !
Elle donne une caresse  à Tchiot, puis lui dit,
Allez, viens petit ! Allons dans un endroit plus confortable pour écrire.

Ils quittent tous deux la scène.
C’ est alors que surgissent de la pénombre, côte à côte, Glomé et B.C.B.G.

B.C.B.G à Glomé,
Avez-vous entendu parler de cette autre muse, Calliope ?

GLOME
Euh… la muse de la poésie et de l’ éloquence ?

B.C.B.G
Oui exactement, eh bien…

GLOME l’ interrompt,
Je crois que vous avez oublié votre mallette là-bas !

B.C.B.G
Ah oui, c’est exact, merci.

B.C.B.G s’ en retourne la chercher.

GLOME  à part,
Calliope ! Pfff ! Je ne vais pas risquer d’ énerver une seconde fois ma muse, Polymnie !

Glomé récupère la pancarte de la petite annonce et profite de l’ absence de son compère, pour prendre le large !

B.C.B.G revient, tout en trottinant, il cherche Glomé, l’ appelle en mâchouillant son nom : « omé ». Il porte en effet dans sa gueule , sa mallette par la poignée .
Il aspire le filet de bave qui s’ en écoule, en émettant un son bizarre : « iiisssup» .
Puis il regarde songeur, l’ emplacement vide où était posé la pancarte.

Il comprend soudain la manoeuvre de diversion de Glomé et lâche , en hochant la tête : « Rah ! Le chien ! Il s’ est enfui !« 

Il sort de scène à son tour .

Le rideau se referme sur ce troisième et dernier Acte.

Vous souhaitez lire la Rédaction de Tchiot, cliquez ICI

end-812226_640-1.jpg

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits Photos : Calliope, Rideau rouge « The End »

Trois ans déjà !

Labrador Ernst Humor Pet Carnival Dogs

Si WordPress ne m’ envoyait pas un rappel annuel de la création de mon blog, ce jour en serait un comme un autre.
3 ans déjà que Prose Pipe et Poésie existe !

C’est fou ce que le temps passe et les mots filent …

J’ ai ressorti pour l’ occasion la photo qui illustrait un poème paru en mars 2017, Apologie de la solitude et du bonheur à deux.

Pour la suite de la pièce de théâtre « La muse »,  cliquez ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédit photo : Mes amis, qui m’ ont fait une belle surprise !

 

La Muse. Acte II. Le politichien

apollo-and-the-muses-876292_1280

La Muse.

 

Pièce en trois actes (saynète), présentée par la troupe du petit théâtre de Glomérule, pour en savoir plus cliquez ICI

Pour l’ ACTE I . La déculottée de Glomérule, cliquez Là
ACTE II. Le politichien.

B.C.B.G, TCHIOT, LA MUSE

Cette pièce est une œuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Le rideau s’ ouvre sur le deuxième acte. Reste en scène B.C.B.G ( Bon Chic Bon chien ) en costard cravate, Tchiot ( le petit ), et la muse .
L’ on aperçoit dans la pénombre, en arrière-plan, Glomé qui s’ est éclipsé après sa déculottée, mais qui reste là en tendant l’ oreille.

Tchiot, toujours couché par terre sur le ventre, écrit quelque chose sur son cahier. Puis, le rature violemment, en poussant un soupir.

Alors que B.C.B.G prend la poignée de sa mallette dans sa gueule et tourne les talons ( ou plutôt les ergots), la muse l’ interpelle . Il s’ arrête net, fait demi-tour, et pose son attaché-case.

B.C.B.G la queue basse, et le regard du chien pétochard, tout hésitant, lui répond un petit,
Oui, c’est pour quoi ?

LA MUSE
Vous aussi vous recherchez une Muse ? La petite annonce, l’ idée est de vous ?

B.C.B.G
Non, je passais par là, j’ ai vu cette annonce, et me suis joins à Glomé et à Tchiot.
J’ aurais besoin d’ une muse qui m’ inspirerait une allocution cruciale pour ma carrière.

LA MUSE
Une allocution, vous dites ?

B.C.B.G
Oui, je suis politichien. Je viens de parcourir toute la contrée et ai visité chaque refuge canin, suite aux aboiements incessants, nés de la grogne générale.
Et pour y mettre un terme, je dois maintenant faire un discours.

LA MUSE
Ah oui ? Et que veulent ces « enragés » ?

B.C.B.G
Enragé, le terme est un peu fort. Ils veulent plus de croquettes, moins chères et plus goûteuses.

LA MUSE
Rien que ça ! Et comment comptez-vous vous y prendre ?

B.C.B.G
Il ne peut y avoir meilleure opportunité pour moi. Bien avant «cette crise», je devais justement rendre un service à un ami, qui m’ a bien aidé pendant ma campagne électorale. Il m’ a fourni gratuitement ses savoureuses croquettes, pour les buffets de tous mes meetings.

LA MUSE
Hum !

B.C.B.G
Je dois faire une synthèse de mon périple et arriver à convaincre … la qualité au détriment de la quantité.
Les croquettes de mon ami sont plus chères, mais très bonnes, et surtout plus caloriques. Plus vite rassasié, vous en mangez moins. Au final, vous obtenez un excellent repas, à moindre coût !

LA MUSE
Plus caloriques, hum ! Une sorte de transition énergétique, finalement …

B.C.B.G
Oui ! Quelle bonne idée vous venez de me donner, une transition énergétique ! Vous devriez faire de la politique !

LA MUSE
Non merci, très peu pour moi !
Mais n’ avez-vous donc pas de conseiller, d’ expert en communication, qui vous écrirait votre boniment ?

B.C.B.G
Non, il a démissionné.

LA MUSE
Au mauvais moment, c’est ballot !

B.C.B.G
Comme vous dites !
Seriez-vous intéressée par ce travail ?
Je vous donnerais la somme que vous voudrez … ou autant de croquettes que …

LA MUSE  choquée par ces propos, l’ interrompt,
Sachez Monsieur que nul ne m’ achète !
C’ est moi qui choisis qui j’inspire !
Et votre « affaire » me semble ni très honnête, ni artistique !
à part,  même si l’ embrouille reste tout un art !

De ce refus, B.C.B.G  reste bouche bée ( ou gueule pendante, si vous préférez)
Soudain, Tchiot prend la parole.

TCHIOT  insistant,
M’dame, vous pourriez m’ aider, s’ il vous plaîîîîîîît !

Le rideau se referme sur cette scène.

curtain-812222_640

Ne ratez pas L’ acte III « Tchiot » , cliquez ICI

avatar-articles
Glomérule Néphron.

Crédits photos:  La Muse IIRideau rouge « to be continued»

La Muse. Acte I. La déculottée de Glomérule

Chopin Monument Paris Muse Music Parc Monceau

La Muse.

Petit rappel pour ceux qui prennent l’ aventure en cours de route : tous les personnages appartiennent à la gent canine, sauf la Muse, bien évidemment.

Pièce en trois actes (Saynète), présentée par la troupe du petit théâtre de Glomérule, pour en savoir plus cliquez ICI

ACTE I . La déculottée de Glomérule.

B.C.B.G, GLOME, TCHIOT, LA MUSE

Roulement et tradition des trois coups … le rideau s’ ouvre.

Le décor :
Deux colonnes antiques situées aux deux extrémités, côté public, d’ une estrade à deux marches, imitation marbre.
Adossée contre l’ une d’ elle, une pancarte sur laquelle figure cette petite annonce :
« À cause d’une défection, poste de muse à pourvoir. Elle devra être bien inspirée et d’ une grande disponibilité. Travail dimanche et jour férié possible.
Pas sérieux s’ abstenir » .

Les acteurs :
Sur l’ estrade, à droite : Riri. Il est assis, et habillé en costard cravate, un attaché-case posé à côté de lui. Il se nommera pour l’ occasion : B.C.B.G. ( Bon Chien, Bon Genre).
Au centre : Glomérule, alias GLOME (prononcer Glomé) . Il a le train arrière posé sur l’ estrade et les deux pattes avant sur la première marche.
Il est emmitouflé dans un sweat-shirt noir à capuche, beaucoup trop grand pour lui.
Son museau dépasse à peine de la capuche, et ses pattes ne sortent même pas des manches !

À gauche : au pied de la pancarte le petit Fifi, dont le nom sera pour cette saynète : TCHIOT ( le petit).
Il est couché sur son ventre, devant lui, un cahier d’ école à spirale.
Il fixe la page blanche. Son front plissé lui donne un air soucieux.

C’est alors qu’ entre sur scène Loulou, la muse, vêtue d’ un seyant drapé blanc.

LA MUSE hautaine, en regardant nos trois compères, daigne se fendre d’ un
Bonjour.

B.C.B.G
Bonjour.

LA MUSE à part.
Tiens ! Un chien qui parle !

GLOME
Bonjour Madame.

LA MUSE amusée, à part.
Un sweat qui parle, de mieux en mieux …

Glomé, d’ un vif coup de tête en arrière, enlève sa capuche et dévoile son museau.

LA MUSE à part.
Ah non, pardon ! Deux chiens qui parlent !

Et après avoir regardé fixement pendant un instant Tchiot,

LA MUSE toujours à part.
Et jamais deux sans trois, je suppose !

TCHIOT
Bonjour m’dame.
à part, en parlant de la muse, Bizarre une chienne qui parle, enroulée dans une nappe blanche !

LA MUSE à part
Bingo, qu’ est-ce que je disais ! Trois chiens qui parlent !
Non, mais je vais me réveiller !

GLOME à la Muse
Vous venez pour la petite annonce ?

LA MUSE
Exactement ! Je lis « à cause d’une défection, poste de muse à pourvoir »…

GLOME l’ interrompt
Oui, c’est cela

LA MUSE
Mais, c’ est moi la muse !

GLOME
Parfait, c’est ce que nous recherchons !

LA MUSE énervée,
Non mais c’est moi, Polymnie ! Je suis toujours là et n’ ai pas abandonné mon poste, comme vous le dites !

GLOME
Ah bon ? Pourtant, à mon retour de mon Tour du monde imaginaire, je n’ ai trouvé personne pour m’ inspirer. Il y a eu comme … un instant de flottement, et je me suis senti bien seul. Où étiez-vous donc passée ?

LA MUSE excédée,
Mais je rêve ! Je vais devoir me justifier d’ un contre-temps à… à… à… à un chien ?!

GLOME
Madame, cesser de m’ aboyer dessus et n’ inversons pas les rôles, je vous prie, c’est moi qui devrais être agacé.

LA MUSE condescendante,
Ah oui ? Et dites moi pourquoi ce serait à vous d’être agacé ? Parce que votre muse ne vous est pas dévouée toute entière, et n’ est pas à votre service vingt quatre heures sur vingt quatre, trois cent soixante cinq jours par an ? Vous m’ avez pris pour une hot-line ? (Sur un ton caustique). Allo, bonsoir, Polymnie à votre service, que puis-je faire pour vous ?

GLOME à part
Pas commode la muse, rien à voir avec une bonne fée !

LA MUSE
Sachez Monsieur GLOME que vous n’ êtes pas seul au monde.
Et vous devriez plutôt me remercier, au lieu de vous plaindre !

GLOME
Comment ça ?

LA MUSE
Cette idée de pièce de théâtre, croyez-vous qu’ elle vous soit venue comme ça, par hasard ?

GLOME
Euh…

LA MUSE
Décidément, votre ingratitude n’ a d’ égale que votre impatience !

GLOME à part
Eh bien mes amis, quelle déculottée !

Le rideau se referme sur cette scène.

curtain-812222_640

Aller à l’ Acte II , en cliquant ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron, dont la santé va mieux à présent  🙂

Enfin, du moins assez pour écrire  😉

Encore merci pour tous vos messages de soutien 🙂

Crédits photos : La Muse, Rideau rouge « To be continued »

Problèmes de santé

collerette pour Glomérule

Problèmes de santé.

Ce week-end, j’ ai atterri aux urgences vétérinaires.

Ni borréliose, ni piroplasmose, ni parvovirose, ni rage, mais je vais devoir faire, pendant ces vacances, un peu de tourisme médical.

Aussi l’ écriture,  ainsi que la représentation de la saynète :  » la Muse » , vous connaissez le titre maintenant, 😉 sera probablement un peu reportée dans le temps.

Mais elle se fera !La Muse. Acte I. La déculottée de Glomérule

Merci d’ avance chers lectrices et lecteurs, pour votre compréhension.

avatar-articles
Glomérule Néphron.

Crédit photo: Photo collerette

Le petit théâtre de Glomérule (suite)

Syria Bosra Amphitheater Rondelle Roman Theatre

Petit rappel pour ceux qui prennent l’ aventure en cours de route : tous les personnages appartiennent à la gent canine.

Auparavant …cliquez ICI

Le décor.

Dog Humor Puppy Cute St Patrick's Day Chihuahua

Aldo, notre régisseur de plateau, nous a mâchouillé, craché, puis re-mâchouillé du papier, toute la journée d’ hier.
Nous nous demandions bien ce qu’ il allait sortir de ces kilos de cellulose et de tous ces litres de bave.
– Vous aurez la surprise demain, nous disait-il !

Et miracle, ce matin, après une bonne nuit de séchage, le décor maison de notre saynète était prêt !
Deux superbes colonnes antiques étaient nées, et pour les rendre plus contemporaines, quelques signes tagués dessus.
Elles sont posées aux deux extrémités, côté public, d’une estrade à deux marches, imitation marbre.
Adossée contre l’ une d’ elle, une pancarte.

Certes, notre décor reste minimaliste, rien à voir avec la photo, mais l’ essentiel y est.

La suite cliquez ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits photos : Théâtre antique, Aldo notre régisseur

Le petit théâtre de glomérule

La troupe du petit théâtre

Une nouvelle troupe de théâtre vient de naître : « Le petit théâtre de Glomérule » .

Tous les acteurs appartiennent à la gent canine.

Faisons les présentations, si vous le voulez bien.
De droite à gauche, Filou alias Fifi, droit dans ses bottes, la mascotte de notre troupe.
Puis vient Loulou, elle a du chien, vous ne trouvez pas ?
Ensuite, il y a son mari Riri, qui nous vient tout droit du Cours Cabot du Xème arrondissement !
Et pour finir, caché sous la couverture, votre serviteur Glomérule, alias Glomé.
Bien comme diminutif, mais pas mal aussi comme nom de scène, non ?

Cette petite formation, quasiment familiale, aura l’ honneur de vous interpréter quelques saynètes bien envoyées !

La suite cliquez ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits photos : Fifi, Loulou, Riri, Glomé, la scène

 

Le Piaf

Le Piaf IMG_0882

Photo de mon petit oiseau …   🙂

Le Piaf.  ( # balanceTonPiaf ) 

Petit oiseau gris bleu,
Pourchassé dans la maison,
Piaf de l’espèce à rouge-queue,
Coursé par une Ivana* à fond !

Sauvé par Claire,
Et son jeté de balai,
Fameux et légendaire,
Oups … Direct dans la télé !

Mais enfin des crocs délivré,
Tu te réfugias sous le canap,
En voletant pour éviter
Que le vélociraptor te happe .

Panique à bord,
Mémorable ramdam,
Un oiseau fuit la mort,
Cris hystériques de Madame.

Une demie heure après,
Planqué sous le poêle,
Avec sur toi un torchon jeté
Je te saisis au milieu des poils.

Puis la liberté, je te rends ,
Vers le jardin voisin
Ton envol, tu prends,
Que voilà une belle fin.

Mais non pas encore !
Ce matin sur une «crocs*» posé,
Tu nous regardais encore
À travers la baie vitrée !

À nous, te serais-tu attaché ?
Ou c’ est la croquette du chat,
Au poulet que tu as hier chipé,
Qui fait que tu es à nouveau là ?

avatar-articles

Glomérule Néphron.

* Ivana est notre chienne Sibérien Husky
* «crocs» : (pour ceux qui ne connaissent pas encore cette merveille)
sorte de sabot en caoutchouc, percé de trous sur le dessus.
Surement pour que le pied respire !

Adhère mieux sur la neige que mes « doc martens» .
Mais juste pour sortir la poubelle, car la neige rentre très vite par les trous d’ aération !
Existe en une multitude de coloris. Le must du chic … à la campagne !

Le Trocadéro

1024px-Rue-de-paris-film102jpg

Bienvenue à tous pour la suite et dernier épisode de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

Le Trocadéro.

Auparavant …

Après le moment détente plongée, « coquillages et crustacés, sur la plage abandonnée » … nous avons remonté le cours du Rhône, puis viré à bâbord et repris le cap Nord.

Nous avons eu la chance de survoler la Terre du milieu, le bois de la comté, le Mordor, le Mont-Dore, pardon.
J’ ai nommé l’ Auvergne, où nous n’avons pas vu de hobbits, ce qui ne veut pas dire qu’ il n’ y en a pas.

Mais revenons à notre récit.

Nos bronches recroquevillées par la température glaciale, et des débuts d’ engelures au visage et aux mains, nous obligèrent à perdre de l’ altitude pour regagner quelques calories salvatrices.
Nous rasâmes sur des centaines de kilomètres les cimes des résineux, transis par le froid, eux aussi.
Pour nous réchauffer, tout ce qui pouvait brûler finit au feu dans le petit poêle de notre vaisseau.
Et rien n’ y échappa, chaises, table, couchettes, ainsi que tout le bastingage de notre aéronef ! « è pericoloso sporgersi » !
En fin de compte, nous n’avions plus rien à perdre, c’était la dernière ligne droite avant notre arrivée triomphale à Paris.

Quand même, quel fantastique pays que le nôtre, avec sa variété infinie de décors !
Nous y découvrîmes, vus du ciel, ses volcans (endormis heureusement) , véritables temples naturels, avec leur nef magmatique et leurs grandes orgues basaltiques.
Lors de cette étape auvergnate, nous entendîmes aussi des cris de loups, à moins que … la bête du Gévaudan y court encore !
Non, arrêtons de fantasmer, des chiens de chasse errants, tout au plus !

Enfin … je crois !

Nous pensions par la suite, découvrir la Beauce, le grenier à blé de la France. 
Et ses champs à perte de vue recouverts de neige.

Et non !
Pas encore.
Nous étions trop pressés !
Sûrement !
Il fallait attendre !

Mais à mesure que le temps passait, et que le paysage défilait, l’ impression que quelque chose n’ allait vraiment pas se renforçait.

J’avais pourtant bien programmé le GPS sur Trocadéro, nom d’un chien !

Le GPS, j’ aurais dû m’ en méfier de celui-là !
Celui qui vous envoie en sens interdit s’ il n’ a pas la dernière mise à jour chargée, et qui aime vous faire passer en hiver par les cols fermés à la circulation.

Mais l’erreur commise, fut de laisser active la rubrique de ma dernière recherche : « restaurant ».
Ainsi, quand je programmais « le Trocadéro », il comprit « restaurant le Trocadéro »… à Montigny-lès-Metz.
Et oui mes amis, c’est ici dans cette ville, que notre tour du monde en zeppelin s’ achève, à bout de souffle et de gaz, encore ces satanées fuites d’hydrogène !

Nous rêvions de prestige pour cette arrivée, une fanfare, un public, la presse, et finalement, c’est un troupeau de bovins, à peine étonnés, qui nous regardent maintenant atterrir, non loin de ce coquet établissement !

Cette aventure nous aura appris à toujours positiver !

Aussi, rien n’ est perdu ! Nous pouvons toujours pour nous consoler de cette bévue, et profiter encore un peu les uns des autres,  y festoyer joyeusement, comme à la fin d’ une bonne BD d’ « Astérix  » …

Mince, mais j’ y pense, dans l’ histoire, le barde, c’ est moi !

« aïeaïe, ouille ! Non ne me bâillonnez p… !  » 

avatar-articles
Glomérule Néphron .

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à LEcriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI

La Mer Méditerranée

Clear Nature Transparent Travel Sea Water Blue

Bienvenue à tous pour la suite de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

Après une traversée sans encombre, « Corse – continent », nous avons jeté les amarres de notre zeppelin tout près d’ une petite crique, entre Marseille et Ensuès-la-Redonne.
Feu de camp, oursinade et mouclade au programme.

Je vais donc me laisser tenter par une petite plongée.

La Mer Méditerranée, m’ a toujours beaucoup inspiré …

 

La Mer Méditerranée.

Parallèle univers,
À portée de la Terre,

Déjà tout jeune, je t’ admirais,
Des heures, je pouvais rester,

Au bord de l’ eau planté.
Debout, fasciné, hypnotisé,

Regardant à travers l’ onde,
Les habitants de ton monde,

Fantastiques plantes aquatiques,
Peuple luminescent, fantasmagorique.

L’ appel du bleu profond …
J’ enfile ma combinaison.

Devenir Homme poisson,
Pour le rituel d’ immersion,

Palmes, masque et tuba,
Pour te rejoindre en bas,

Pour avec toi communier,
Amphitrite, ma déesse adorée,

Et te rendre grâce pour la beauté,
De ces lieux enchantés.

Je traverse alors la surface de ce miroir,
Qui reflète notre réalité si dérisoire.

Aquanaute en apesanteur, statique,
Flottant dans ce liquide amniotique,

Je vis une fusion totale,
Avec ce bouillon primordial.

J’ entends le battement d’ un cœur,
Le mien le rejoint en choeur.

Pulsations de notre mer,
De notre mère, la Terre .

Le dernier épisode c’est par ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron .

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à LEcriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI

La Balagne

Wild Pig Pig Corsica Little Pig Piglet

Bienvenue à tous pour la suite de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

La Balagne.
Eh bien « mon cochon », quel banquet à la Balagne !

Gibulène, en nous annonçant le menu, ne nous avait pas tout dit !

En apéro , muscat du cru avec du lonzu et de la coppa, puis omelette au brocciu, avec en plus mes amis, cannelloni aux épinards et à la ricotta, et le tout arrosé avec du Patrimonio, rien que ça ! Ensuite pour le dessert castagnaccio et fiadone, comme promis .
Et pour (se) finir en digestif, liqueur de myrte !

Nous voilà repus et aussi ronds que l’ enveloppe de notre zeppelin rechargé à bloc en hydrogène !

Une sieste corse s’ impose donc avant d’ attaquer notre dernière étape, notre retour en métropole . Où je serai heureux de retrouver mon petit chez moi, mon lit douillet, et mes habitudes rassurantes.
Néanmoins quitter sa zone de confort a du bon .

Nous sommes partis le 02 décembre 2017.
Il y a déjà plus d’ un an maintenant pour un périple fatigant, mais tellement enrichissant !
Que de rencontres inattendues, de lieux magiques, de paysages époustouflants !

Quand j’ y repense, une « nostalgie heureuse » m’ envahit.

Pas vous ?

Mais profitons encore de ces instants … décollage ce soir au crépuscule, après un dernier coucher de soleil sur l’ île de beauté et ses reliefs …

Sunset Corsica Sea Abendstimmung Sun

La suite cliquez ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron .

Fantasy Airship City Float Dream Floating City

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à LEcriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page : 

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo 2 cliquez ICI , Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI

Corsica

Sunset Beach Portovecchio Corsica Santagiulia

Bienvenue à tous pour la suite de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

Corsica,

Elle bronze sur une plage ,
Entourée de coquillages,
Oeil de Sainte Lucie,
Lascive, orteils enfouis,

Dans ce sable chaud,
Pensive, allongée sur le dos,
Reliefs à peine embrumés,
Dans ces nuages drapés,

Je les devine, les imagine,
Sous cette légère mousseline …
Son délicat visage incliné,
Repose sur cette forêt,

Sa dense chevelure bouclée,
Véritable maquis, j’ aimerai,
Ma main, d’ elle, approcher,
Sentir sa douceur, la caresser…

Un jour j’ oserai,
Tes côtes aborder,
Te découvrir,
Te séduire …

île de beauté… Corsica .

La suite de notre aventure cliquer ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron .

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à L’ Ecriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI

Cap Corse

Corsica_(Landsat_7)

Bienvenue à tous pour la suite de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

Non loin de notre aéronef, dont nous avions jeté l’ ancre, au beau milieu de cette mer de sable, j’ ai passé au pied des pyramides, un Noël inoubliable !
Pas vous ?
Ni sapin, ni guirlande, ni pull moche de noël, ni consommation débridée et grande bouffe à s’ en rendre malade.
Mais un réveillon autour d’ un feu de camp, d’ un bon couscous, rires partagés et convivialité, l’ esprit de Noël, simplement !

Quelle bonne idée nous avons eu que de repartir le 27 décembre… La veille de cet atroce attentat !
Nous l’ avons échappé belle !
Bon sang, quel malheur ! Tous ces innocents tués au nom de cette énième idéologie ! Quelle tristesse ! Quand cela s’ arrêtera-t-il ?

Certains d’ entre vous me diront : « Jamais ! Tant qu’ il y aura des gens avides d’ argent et de pouvoir ! Tant qu’ il y aura des choses à posséder ! »

Le continent africain a, pour son plus grand malheur, beaucoup de richesses ! Paradoxal ? Non, car elles suscitent les convoitises de tous bords !

Il n’ est pas le seul, hélas !
Je pense que si nous superposions un planisphère représentant les lieux de conflits armés, avec un autre ou figurerait les gisements pétroliers, miniers de tous types, de diamants, de terres rares, d’ uranium … ils coïncideraient parfaitement.

Aurait-il fallu que notre terre soit un milieu si pauvre, et si hostile que nous ne rivalisions que d’ ingéniosité pour survivre, ensembles ?

Le nouvel an s’ approchant, la même interrogation me taraude toujours.
L’ année qui vient sera-t-elle meilleure que les précédentes ?

Quelques heures de vol encore et nous atteindrons la Corse où nous passerons le cap du 31.
Nous en profiterons pour faire une dernière escale technique :
recharger notre zeppelin en gaz, perdu par les micro fuites de son enveloppe cinquantenaire.
Nous vivons son dernier voyage, je crois et atteindrons l’ île de beauté en rase-motte, ou en « rase-flotte » …
J’ avais pensé à faire également peindre un gros gilet jaune sur notre vaisseau volant pour notre futur attérissage à Paris sur l’ esplanade du Trocadéro, le parvis des droits de l’ homme ! Une arrivée en fanfare !

Qu’ en pensez-vous ?                     La suite de l’ aventure cliquez ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron .

Fantasy Airship City Float Dream Floating City

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à L’ Ecriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI